• Cours et stages

    Partagez vous aussi la passion de la musique traditionnelle, les cours de la Bouèze sont ouverts à tous, enfants comme adultes et sont basés sur un apprentissage d'oreille, sans solfège.

  • La Bouèze sur les réseaux sociaux

    La Bouèze est présente sur les réseaux sociaux.
    Sur Google+ FaceBook et Twitter, n'hésitez-pas à nous rejoindre !

  • L'association

    Depuis plus de 30 ans maintenant, La Bouèze, association loi 1901, fait connaître et vivre le patrimoine oral de Haute-Bretagne. En effet, elle s'est donné la mission de recueillir et transmettre ce patrimoine à travers la musique, le chant, la danse, le conte…

  • Transmission

    Que ce soit par le biais de l'édition, des Fêtes de la Bouèze, des Fest-Noz, des veillées, La Bouèze cherche avant tout à transmettre et partager sa passion pour le patrimoine oral de Haute-Bretagne

Bombarde

L’enseignement de la bombarde à la Bouèze

L’enseignement de la bombarde s’inscrit dans la démarche d'enseignement traditionnel qui prévaut à La Bouèze et qui se base, avant tout, sur un travail d'écoute et d'oreille.

L'élève débutant aborde immédiatement l'instrument et découvre progressivement les techniques de respiration et de pince, ainsi que le doigté de l'instrument.

Le répertoire abordé est principalement celui de Haute-Bretagne mais pas uniquement et si la danse est prédominante, Marche et Mélodie n'en sont pas pour autant oubliées...

Les enseignants

Tangi PENARD, Gwenaël PIEL

Les lieux de cours

Pour l'instant uniquement Melesse mais contactez nous, nous étudions de nouvelles implantations.

L'instrument

3 anches de bombarde en Si Bémol du facteur Le Noan
4 bombardes avec de gauche à droite, 
une Si bémol Olivier, une Si Bémol Hervieux et Glet, 
une Sol Le Coant et une Sol Hervieux et Glet
3 anches de bombarde en Si Bémol du facteur Le Noan

La bombarde fait partie de la famille des Hautbois. Il s'agit d'un instrument à vent à anche double.
L'anche est constituée de deux lamelles de roseau, ligaturées sur un tube métallique. Elle se place sur l'embouchure de la bombarde. L'anche est pincée entre les lèvres du musicien qui met en vibration les lamelles en soufflant. Cette vibration produit du son qui est ensuite amplifié par la bombarde.
La bombarde est composée d'un fût et d'un pavillon. Le fût est conique et percé d'au moins six trous. Le pavillon est la partie évasée, terminant l'instrument.

La pratique de la bombarde nécessite d'apprendre à maîtriser sa respiration. Elle se joue, généralement, accompagnée d'un ou plusieurs autres instruments pour permettre au talabarder (joueur de bombarde)  de se ménager des plages de récupération.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la page consacrée à la bombarde sur wikipedia et la page sur les anches de bombarde sur Divroet News

 La Bombarde en Haute-Bretagne

La présence de hautbois populaires en Bretagne, basse comme haute, est attestée depuis le XVe siècle mais, même si le terme bombarde est parfois employé, il est difficile de les assimiler aux instruments actuels. Leur usage est  décrit en couple avec d'autres hautbois ou chalémies. Lors de la venue de Henri IV à Rennes en 1598, les livres de comptes indiquent la rétribution de joueurs de bombarde.

L'image traditionnelle de la bombarde en Bretagne est celle du couple l'associant au biniou. Cette association semble remonter au XVIIIe siècle et concerner surtout la Basse-Bretagne.  Au début du XXe siècle, en Haute-Bretagne, cette pratique ne concerne que l'ouest du territoire (alentours de Loudéac) ainsi que le Vannetais Gallo. Dans le nord de la Haute-Bretagne, elle s'associe à la vielle.

De nos jours, on la retrouve accompagnée de la cornemuse écossaise, de l'accordéon diatonique, de l'orgue, du violon, de cuivres et même de sirènes... La liste est bien sûr non exhaustive.

Références :

Collectif, Musique bretonne, histoire des sonneurs de tradition, éditions Le Chasse-Marée / Ar Men, ISBN 2903708673

 

Panorama de la musique Bretonne, site de Dastum